Matthieu Ricard

Moine bouddhiste, Humanitaire, Auteur et Photographe
blog

Remédier à la fatigue de l'empathie - 2

Par Matthieu Ricard le 9 octobre 2013

Je discutais récemment avec une infirmière qui, comme la plupart de ses collègues, est continuellement confrontée aux souffrances et aux problèmes des patients dont elle s'occupe. Elle me disait que dans les nouvelles formations de personnel soignant, l'accent était mis sur la nécessité de garder une distance émotionnelle vis-à-vis des malades?pour éviter le fameux burnout qui affecte tant de professionnels de la santé. Cette femme très chaleureuse, dont la simple présence rassure, me confia ensuite : « C'est curieux, j'ai l'impression de gagner quelque chose lorsque je m'occupe de ceux qui souffrent, mais lorsque je parle de ce « gain » à mes collègues, je me sens un peu coupable de ressentir quelque chose de positif. » Ce qu'elle avait constaté c'est que, contrairement à la détresse empathique, l'amour et la compassion sont des états d'esprit positifs, qui renforcent la capacité intérieure à faire face à la souffrance d'autrui.

Si un enfant est hospitalisé, la présence à ses côtés d'une mère aimante qui lui tient la main et le réconforte avec d'affectueuses paroles lui fera sans doute plus de bien que l'anxiété d'une maman submergée de détresse empathique qui, ne pouvant supporter la vue de son enfant malade, fait les cent pas dans le couloir. Rassurée par mes explications, cette amie infirmière me confia qu'en dépit des scrupules qu'elle avait de temps à autre, ce point de vue s'accordait avec son expérience de soignante.

À la lumière des recherches préliminaires conduites par Tania Singer, il semblerait donc logique de former à l'amour altruiste et à la compassion ceux dont le métier consiste à s'occuper quotidiennement de personnes qui souffrent. Une telle formation aiderait également les proches (parents, enfants, conjoints) qui prennent soin de personnes malades ou handicapées. L'amour altruiste crée en nous un espace positif qui sert d'antidote à la détresse empathique et empêche que la résonance affective ne s'amplifie au point de devenir paralysante et d'engendrer l'épuisement émotionnel caractéristique du burnout. Sans l'apport de l'amour et de la compassion, l'empathie livrée à elle-même est comme une pompe électrique dans laquelle l'eau ne circule plus : elle va rapidement s'échauffer et brûler. L'empathie doit donc prendre place dans l'espace beaucoup plus vaste de l'amour altruiste. Il importe également de considérer l'aspect cognitif de la compassion, autrement dit la compréhension des différents niveaux de la souffrance et de ses causes manifestes ou latentes. Ainsi, nous sera-t-il possible de nous mettre au service des autres en les aidant efficacement tout en préservant notre force d'âme, notre bienveillance et notre paix intérieure. Comme l'écrit Christophe André : « Nous avons besoin de la douceur et de la force de la compassion. Plus on est lucide sur ce monde, plus on accepte de le voir tel qu'il est, et plus on se rend à cette évidence : nous ne pouvons rencontrer toutes les souffrances que l'on rencontre dans une vie d'humain, sans cette force et sans cette douceur.?»*

* André, C. (2009). Les États d'âme, Odile Jacob, p. 352.

Pour plus de détails, voir Plaidoyer pour l'altruisme , chapitre 4: « De l'empathie à la compassion dans un laboratoire de neurosciences. »