blog

Pas à pas, dans la bonne direction…

Par Matthieu Ricard le 31 décembre 2019


Mr3476

Le blog ci-dessous est un extrait de l’ouvrage de Matthieu Ricard, Alexandre Jollien et Christophe André : À nous la liberté ! Si vous souhaitez approfondir votre expérience de lecture nous vous invitons à consulter l’intégralité de ce livre, que vous pouvez acquérir à partir de la page suivante : https://www.matthieuricard.org/books.

Nous manquons de modèles dans notre monde contemporain. Qui admirons-nous vraiment ? Et qui mérite d’être pris pour modèle humain ? Nous aimerions jouer aux échecs comme Bobby Fisher, l’un des plus fulgurants génies de l’histoire des échecs, mais qui voudrait être, comme lui — une personne profondément perturbée, impossible à vivre. Quand nous regardons autour de nous — parents, éducateurs, grands de ce monde, penseurs, artistes —, nous sommes quelque peu décontenancés. Il y a des personnes admirables, mais aussi beaucoup de gens auxquels nous ne voudrions certainement pas ressembler, en tant qu’être humain, quels que soient leurs talents particuliers. Par contre, lorsque nous rencontrons un être empli d’une vraie sagesse, animé d’une inépuisable bienveillance, on aimerait tant posséder les qualités de cette personne !
Tant d’êtres humains sont encore prisonniers d’un régime totalitaire ou, pour toute autre de raisons, ne sont pas libres de leur mouvement, de leur parole ou de leurs actes. Des centaines de milliards d’animaux sont tués chaque année, comme si de rien n’était, pour satisfaire nos prétendus « besoins ». D’autres humains, bien trop nombreux, sont prisonniers de la pauvreté et d’un accès limité à la santé et l’éducation. Nous devons faire tout notre possible pour leur venir en aide. Mais il ne faut pas pour autant négliger la quête de la liberté intérieure, le désir de devenir un meilleur être humain.

La difficulté principale vient du manque de discernement : nous ne parvenons pas à identifier ces rouages mentaux ni à repérer le type de pensées qui nous asservissent. La sagesse, la lucidité et la compétence qui nous permettraient de retrouver notre liberté nous font trop souvent défaut. La liberté intérieure peut donc s’acquérir par une meilleure compréhension du fonctionnement de notre esprit et par une élucidation des mécanismes du bonheur et de la souffrance. Ce discernement doit aller de pair avec un entraînement qui permettra à notre esprit de gérer les états mentaux afflictifs avec aisance et intelligence.

De la distorsion de la réalité caractéristique de l’égarement : nous nous précipitons vers les causes de la souffrance et nous tournons le dos à celles du bonheur.

Donner des coups de pied à un enchaîné en le sommant de se remuer n’est pas la meilleure manière de procéder ! Il vaut mieux lui montrer comment se libérer de ses chaînes. Il ne sert à rien non plus de donner des leçons aux autres si l’on n’a pas soi-même actualisé la liberté que l’on prône.

Si une tâche dépasse nos capacités de prime abord, il faut progresser pas à pas. Le fait que le voyage puisse être long ne doit pas nous décourager. L’important est de savoir que nous sommes dans la bonne direction. Dans ce cas, chaque pas accompli est gratifiant et nous incite à persévérer.