blog

Le triomphe éphémère de l'égoïsme sectaire

Par Matthieu Ricard le 27 décembre 2009

Imaginez un bateau avarié dans lequel il serait nécessaire d'utiliser toute la puissance des machines pour pomper l'eau des cales. Mais les passagers de première classe veulent continuer à utiliser l'air conditionné et autres facilités, et les passagers de deuxième classe ont pour seule préoccupation de se faire surclasser en première. Bientôt, tout le monde coule, aprés avoir utilisé ou tenté d'utiliser l'air conditionné pendant quelques heures de plus, au lieu d'être tous sauvés. Sur un bateau normal, un capitaine prend les mesures nécessaires pour empêcher le naufrage. Ici, les passagers insistaient pour être leurs propres chefs.

L'approche actuelle de l'environnement, des changements climatiques et d'autres défi pressants de notre époque (désarmement, régulation de l'avidité qui mêne le libre marché économique, etc.) est celle de tribus se disputant l'usufruit et la propriéte d'un bateau qui coule, d'une forêt en feu et d'une bombe à retardement. A Copenhagen, ils ont imposé leurs volontés… pour le moment.

Les chefs d'états se sont comportés comme les chefs de grandes tribus. Certains sont peut-être plus sages que les autres, mais ils n'ont guère d'influence sur les autres tribus, parfois même sur leur propre tribu.

Les problèmes mondiaux ne peuvent être traités que par des institutions transnationales. Dans un monde global, les chefs d'Etats devraient jouer le rôle de gouverneurs de provinces, qui administrent les affaires locales et déférer à une authorité transnationale lors le sort du monde entier est en jeu. Personne n'en veut? Bien. Alors nagez maintenant.