blog

Le bon modèle pour une grande nation?

Par Matthieu Ricard le 28 octobre 2012

Paul Ryan, le candidat à la vice-présidence américaine, recommande à tous ses collaborateurs de lire les écrits d'Ayn Rand. Mais les Etats-Unis d'Amérique souhaitent-ils réellement avoir un dirigeant dont l'idéal est la promotion de l'égoïsme au sein de la société ? Je suis convaincu que l'égoïsme rend la vie misérable non seulement pour ceux qui nous entourent, mais pour nous également.

Ayn Rand est certainement une curieuse énigme. Bien qu'elle ne soit que très peu connue en Europe et dans le reste du monde, elle continue à avoir une influence notable sur la société américaine. Dans le cadre d'un sondage d'opinion mené en 1991 par la bibliothèque du Congrès des Etats-Unis, son œuvre majeure, Atlas Shrugged, fut cité comme le livre le plus influent après la Bible. Le Président Reagan ainsi qu'Alan Greenspan étaient connus pour leur admiration d'Ayn Rand, admiration que partage Paul Ryan.

Ayn Rand ne pense pas que nous avons une nature fondamentalement égoïste. Elle soutient plutôt que nous devons être égoïstes si nous souhaitons une vie heureuse. Selon elle, l'altruisme et la compassion sont des vices masochistes qui menacent jusqu'à notre survie et nous entraînent à délaisser notre propre bonheur ; et plus encore, l'altruisme est non seulement indésirable, mais immoral. Elle est ainsi d'avis que notre propre bonheur personnel est la seule chose qui compte dans la vie et que prendre le temps de nous occuper des autres nous réduira en esclavage et à l'état d'« animaux de sacrifice », pour reprendre ses propres mots. Elle fait la promotion de la valeur de l'égoïsme et soutient que « attaquer l'égoïsme revient à attaquer l'estime de soi ».

Ayn Rand ne mâche pas ses mots. Au cours d'un dialogue avec Mike Wallace en 1959, elle expliqua : « Je considère que l'altruisme c'est le mal…. C'est immoral… parce que cela veut dire que nous devons aimer tout le monde sans distinction…. aimer les gens sans chercher à voir s'ils ont de la valeur ou s'ils sont méritoires. » Elle affirme que l'amour altruiste est dégradant car, pour reprendre ses mots, « si vous aimez ceux qui ne le méritent pas…. vous pouvez réduire votre âme à l'état de dépotoir. »

Ses idées sont à l'origine d'une doctrine pour ceux qui soutiennent que ni le gouvernement ni qui que ce soit ne devrait nous demander de nous intéresser aux pauvres, aux malades, et aux personnes âgées, et qu'on ne devrait certainement pas nous demander de payer des impôts afin de les soutenir. Nous pouvons aider si cela nous rend heureux, mais il ne faut pas voir cela comme un devoir social. Comme Mitt Romney l'a récemment déclaré dans son discours « 47% », « mon boulot n'est pas de m'inquiéter pour ces gens ».

Madame Rand est également l'une des clefs dans la justification intellectuelle de l'épidémie de narcissisme qui n'a cessé de croître aux États-Unis depuis les 2 ou 3 dernières décennies.

De nombreuses œuvres de recherche, telles que celles menées par le psychologue Barbara Fredrickson, montrent que les émotions positives liées à l'amour, la bienveillance, et la gratitude, peuvent donner une orientation positive à notre vie. Ces émotions peuvent nous aider à développer nos connaissances et notre capacité à rebondir, à mieux nous intégrer en société, et à rester en bonne santé. En réalité, lorsque nous avons un lien positif bienveillant avec une autre personne, notre confiance en cette personne se développe et notre relation et loyauté deviennent plus profondes. Pour reprendre les mots de Barbara Fredrickson, « L'amour est notre émotion suprême, c'est elle qui nous rend le plus vivant et qui nous fait sentir le plus humain. »

Madame Rand, cependant, réduit l'amour altruiste à l'équivalent d'une transaction commerciale. Dans son livre Atlas Shrugged, elle soutient que « le principe de transaction est le seul principe éthique rationnel pour toute relation humaine. L'amour, l'amitié, le respect, et l'admiration sont le paiement fait en échange du plaisir personnel et égoïste qu'une personne tire des mérites de la personnalité d'une autre personne. »

En ce qui concerne la vie personnelle de Madame Rand, Mike Wallace lui demanda : « Vous apportez une aide financière à votre mari. Cela n'est-il pas contradictoire ? ». Ce à quoi elle lui répondit : « Non car, vous voyez, je l'aime d'un amour égoïste. Il est dans mon propre intérêt de l'aider. Si jamais il en avait besoin ce ne serait pas un sacrifice pour moi, car il me procure un plaisir égoïste ».

Les sources préférées d'Ayn Rand étaient au mieux suspectes. Dans Journals, elle cite William Edward Hickman selon qui « Ce qui est bon pour moi est juste. » Elle répond avec enthousiasme à cette idée : « C'est la meilleure et la plus forte expression de la psychologie d'un véritable homme qu'il ne m'a jamais été donné d'entendre. » Le seul problème est que William Edward Hickman était un psychopathe qui commit de multiples incendies criminels, rapts d'enfants, et meurtres.

L'argument principal développé par Madame Rand est que « réussir son propre bonheur est le plus haut objectif moral de l'homme. » Mais son erreur tragique est de croire que nous devons être égoïstes pour être heureux. L'expérience et la science prouvent que l'égoïsme extrême qu'elle recommande est une recette pour la souffrance, et non pas pour le bonheur. Il semblerait que cela ait été le cas de Madame Rand elle-même, qui était décrite par ses proches comme hautaine, narcissique, dépourvue d'empathie, et plutôt malheureuse. Ses relations avec son proche entourage étaient remplies d'animosité et d'envie de vengeance, et elle méprisait la grande majorité des êtres humains qui selon elle était « médiocre, stupide, et irrationnelle ».

Afin de réussir à faire face aux défis de notre temps, nous devons développer plus de considération pour les autres, se soucier de leur bien-être, et agir dans l'intention de les aider. Si nous avions plus de considération pour les générations futures, nous ne sacrifierions pas aveuglément le monde que nous leur léguons simplement pour satisfaire nos objectifs court-terme.

Ainsi, l‘altruisme est le facteur déterminant de la qualité de nos existences actuelle et futures. L'altruisme ne devrait pas être réduit à une pensée noble et utopique rêvée par quelques individus au grand cœur, et encore moins à un état d'esprit « immoral ». Nous devons avoir la perspicacité de le voir et l'audace de le dire.

Il serait tentant de rejeter Ayn Rand comme une personne dépourvue d'empathie et une philosophe médiocre, bien qu'elle se considère elle-même comme l'un des trois grands philosophes, l'un des trois « A », Aristote, Augustin, et Ayn R. Cependant, nous ne pouvons nier l'influence majeure qu'elle continue à exercer aujourd'hui au sein de nombreux secteurs de la vie et de la politique américaines. Bien que son point de vue puisse être très embarrassant pour certains d'entre nous, nous devons agir comme un médecin qui ne peut ignorer une maladie étrange qui s'est transformée en épidémie.