Matthieu Ricard

Moine bouddhiste, Humanitaire, Auteur et Photographe
blog

L'invasion des déchets -1

Par Matthieu Ricard le 27 janvier 2012

Extrait de la préface de Matthieu Ricard au Livre « Recycle » de Didier Ruef)

De la maîtrise des outils préhistoriques à la submersion par les produits et déchets…

Certains animaux ont appris à utiliser, à façonner parfois des outils rudimentaires. Homo habilis a généralisé la fabrication d'outils et Homo sapiens a élevé cette fabrication à un niveau de sophistication à peine pensable. Le nombre, la puissance et la complexité de ces outils sont tels que les répercussions de leur usage sur la vie de l'homme, des autres espèces vivantes et sur la planète ont multiplié de manière exponentielle ce que les mains nues de l'homme auraient pu accomplir.
(image
Ces outils ont permis de construire des cathédrales, de sillonner les mers et d'envoyer des fusées sur la lune. Ils m'ont permis, alors que je pataugeais dans l'eau des rives du lac Kokonor au nord-est du Tibet, seul être humain à des kilomètres à la ronde, de discuter avec ma mère de 85 ans qui se trouvait alors dans une campagne de Dordogne, et cela grâce à un petit outil métallique bourré de mécanismes compliqués et qui au Moyen Age m'auraient certainement valu de passer pour un sorcier et de risquer le bûcher.

La fabrication d'un outil consistait tout d'abord à modifier puis à assembler des objets naturels, afin d'aider l'homme à faire mieux et plus vite ce qu'il réalisait à mains nues. Lorsqu'ils n'étaient plus utiles, ces outils et les produits qu'ils ont permis de réaliser, étaient jetés ou délaissés et retournaient à la nature. Des millénaires plus tard, seuls les objets faits de matériaux durs tels que la pierre ont laissé des traces. On les reconnaît grâce à leur forme ou à leur localisation particulières.

L'homme a ensuite appris à faire du feu, à extraire des métaux des minéraux bruts, à mélanger et à faire réagir entre elles des substances et de produire des composés doués de propriétés nouvelles. Ceux-ci sont ensuite abandonnés dans la nature qu'ils contribuent à modifier de diverses façons, souvent de manière imprévisible, avec parfois des conséquences nocives à court ou à long terme.
(A Suivre…)