blog

L'illusion de l'ego (suite)

Par Matthieu Ricard le 1 avril 2009

Nous pourrions penser qu'en consacrant la majeure partie de notre temps à satisfaire et à renforcer cet ego, nous adoptons la meilleure stratégie pour atteindre le bonheur. Mais c'est faire ainsi un mauvais pari, car c'est tout le contraire qui se produit. L'ego ne peut procurer qu'une confiance factice, construite sur des attributs précaires — le pouvoir, le succès, la beauté et la force physiques, le brio intellectuel et l'opinion d'autrui — et sur tout ce qui constitue notre image.

Une confiance en soi digne de ce nom est tout autre. C'est paradoxalement une qualité naturelle de l'absence d'ego. La confiance en soi qui ne repose pas sur l'ego est une liberté fondamentale qui n'est plus soumise aux contingences émotionnelles, une invulnérabilité face aux jugements d'autrui, une profonde acceptation intérieure des circonstances, quelles qu'elles soient.

Cette liberté se traduit par un sentiment d'ouverture à tout ce qui se présente. Il ne s'agit pas d'une distante froideur ni d'un détachement sec, comme on l'imagine parfois lorsque l'on parle du détachement bouddhiste, mais d'un rayonnement altruiste qui s'étend à tous les êtres.
Lorsque l'ego ne se repaît pas de ses triomphes, il se nourrit de ses échecs en s'érigeant en victime. Entretenu par ses constantes ruminations, sa souffrance lui confirme son existence autant que son euphorie. Qu'il se sente porté au pinacle, diminué, offensé, ou ignoré, l'ego se consolide en n'accordant d'attention qu'à lui-même.