blog

Anecdotes tirées de la biographie du grand maître tibétain Gyalsé Ngultchou Thogmé (1295-1369) — IV

Par Matthieu Ricard le 5 novembre 2012

Cette fois, Ngultchou Thogmé avait trente ans. À sa porte, un indigent malade et infesté de poux avait pris ses quartiers. Ngultchou Thogmé lui apportait nuitamment ce qu'il avait de nourriture et de boisson pour ne pas faire étalage de sa générosité, mais voilà qu'un soir le mendiant avait disparu.

Après l'avoir cherché toute la nuit, il le retrouva à l'aube. Quand il demanda au mendiant ce qui l'avait fait partir, celui-ci répondit :
— Certaines personnes m'ont dit que j'étais si répugnant qu'elles ne supportaient pas de me voir quand elles devaient passer à côté de moi, et elles m'ont chassé à coup de pieds.
À ce récit, Thogmé, submergé de compassion, fondit en larmes.

Cette nuit-là, il amena le mendiant dans sa propre chambre, le combla de nourriture et de boisson et lui passa ses robes en se vêtant lui-même des loques du mendiant. En peu de temps, à force de laisser les poux se nourrir de son sang, Gyalsé Thogmé parut affecté par la lèpre ou quelque autre maladie grave. Il s'affaiblissait et dépérissait tant qu'il cessa d'enseigner.

S'inquiétant de le savoir aussi malade, ses amis et ses disciples lui rendirent visite. Ils comprirent vite la situation. Certains le réprimandèrent : « Comment se fait-il que vous ne vous comportiez plus en bon pratiquant ? » D'autres citèrent les textes : « Si ta compassion n'est pas parfaitement pure, n'offre pas ton corps. » Quelques-uns encore le supplièrent : « Pour votre bien et pour le nôtre, cessez, et débarrassez-vous de ces poux ! ».

— J'ai vécu depuis des temps sans commencement un grand nombre d'existences humaines, leur répondit-il, mais toutes furent vaines. À présent je fais enfin quelque chose d'utile. Aussi je ne tuerai pas ces poux, dussé-je en mourir aujourd'hui même.

Gyalsé Thogmé continua à nourrir les poux pendant dix-sept jours, et il n'en fut délivré que lorsqu'ils moururent les uns après les autres de mort naturelle. Il récita alors en abondance des mantras et des dharanis pour le bien des insectes morts, puis il en fit des tsatsas.

Chacun s'émerveilla de l'esprit pur et de la bonté de Gyalsé Thogmé, et partout on l'appela Gyalsé Tchènpo, « Grand bodhisattva ».

Extrait de Au coeur de la compassion, de Dilgo Khyentse Rinpotché, Editions Padmakara