blog

Altruistes et psychopathes, leur cerveau est-il différent du nôtre ?

Par Matthieu Ricard le 8 avril 2019

Gennet And Harold Day We Met 2

Harold, qui a donné son rein, avec Gennet, qui l'a reçu (crédit @ Huffington Post).

Quel livre fascinant que Altruistes et psychopathes : leur cerveau est-il différent du nôtre ? de la neuroscientifique Abigail Marsh ! Quand j’ai fait des recherches pour Plaidoyer pour l’altruisme, j’ai lu plus d’une centaine de livres et un millier d’articles scientifiques. J’aurais aimé que ce livre soit paru à l’époque, car si certaines pièces du puzzle étaient déjà connues, un tableau plus clair s’est maintenant remarquablement mis en place.

Qu’est-ce qui nous inspire à des actes extraordinairement altruistes ou, à l’opposé, à nous comporter de la manière la plus égoïste et impitoyable qui puisse être ?

Considérez un instant à ce qui suit : les psychopathes, ces champions toutes catégories de l’égoïsme sans merci, s’avèrent quasiment insensibles à la peur. Même s’ils arrivent parfaitement à reconnaître les expressions des autres émotions majeures, comme la colère, la joie, le mépris, le dégoût et même la douleur sur le visage des autres, ils se trouvent complètement désarmés quand on leur demande de décrire la peur, sont incapables de la représenter s’ils sont bon dessinateurs et ont beaucoup de mal à l’identifier chez les autres. Poussé dans ses retranchements, un psychopathe a finalement dit : "Je ne sais pas comment s’appelle cette expression. Mais je sais que c’est celle que je vois sur le visage des gens juste avant que je les poignarde". Questionnée sur la peur, une fille de treize ans à tendance psychopathique a répondu à Abigail Marsh : "Rien ne m’effraye ! RIEN."

Comment expliquer cette étrange particularité ? Les travaux d’Abigail Marsh et d’autres neuroscientifiques a révélé que le cerveau des psychopathes se caractérise par une défaillance d’une structure appelée amygdale qui est essentielle dans le fonctionnement social et le traitement des émotions en général et de la peur tout particulièrement. Chez les psychopathes, non seulement l’amygdale répond peu aux images de personnes ayant peur, mais elle est jusqu’à 20 pour cent plus petite que la moyenne.

Abigail Marsh s’est alors demandée ce qu’il en était des personnes situées à l’autre bout du spectre : les altruistes extrêmes, des gens pleins de compassion qui se portent par exemple volontaires pour donner un de leurs reins à une personne inconnue. Ce qu’elle a trouvé est remarquable: les altruistes extrêmes surpassent tout le monde dans la détection de l’expression de la peur chez les autres. Et dans le même temps, ils font des choses que tout le monde considère comme très courageuses. Depuis cette découverte, plusieurs études ont confirmé que la capacité à reconnaître la peur chez les autres prédisait mieux les attitudes et comportements altruistes que le genre, l’humeur ou le degré de compassion déclaré par les gens. Mieux encore, Abigail Marsh a montré que l’amygdale droite des altruistes extrêmes était plus grosse que la normale, d’environ huit pour cent. Et cela est resté vrai même avoir tenu compte d’un autre facteur assez inattendu, à savoir que le cerveau des altruistes est plus gros que la moyenne !

Alors, pourquoi la peur ? La réponse normale de l’amygdale aux expressions de peur ne semble pas être une réponse à une menace ou à un danger, mais plutôt une forme atavique, profondément ancrée, d’empathie. C’est là où un autre lien remarquable établi par Abigail Marsh permet de mieux comprendre ce qui se passe. Quand une personne, notamment une mère, voit le visage d’un bébé (ou a un contact physique avec quelqu’un d’aimé), cela déclenche la libération dans le cerveau d’un neuropeptide appelé ocytocine qui suscite l’attention pour les autres et plus particulièrement pour ses proches. L’ocytocine est présente dans l’amygdale et pourrait servir à transformer la tendance instinctive à fuir lorsqu’on détecte la peur ou la détresse sur le visage des autres en désir de s’occuper d’eux.

Alors quel rapport entre le visage des bébés et la peur ? Parmi toutes les expressions que peut prendre le visage d’un être humain, celle qui ressemble le plus à celui d’un bébé est précisément la peur. Des yeux effrayés sont grand ouverts, comme ceux du bébé. La peur se marque aussi par des sourcils relevés et qui s’abaissent sur les côtés, une bouche arrondie et abaissée, une mâchoire inférieure rétrécie et fuyante. Il semble donc que lorsqu’ils voient quelqu’un d’effrayé les altruistes réagissent de la même manière que nous à la vue d’un bébé en détresse et qu’il nous prend alors l’envie de le protéger et d’en prendre soin.

La libération d’ocytocine semble en effet un déclencheur de la montée de l’empathie et du soin. Même si aucune technique ne permet encore de la mesurer directement dans le cerveau humain, les recherches ont déjà montré que le fait de vaporiser de l’ocytocine dans le nez (laquelle se propage rapidement au cerveau) provoquait non seulement une augmentation du soin et de la confiance à l’égard des autres, mais aussi une meilleure reconnaissance de la peur. Abigail Marsh a donc fait l’hypothèse fascinante que les altruistes ont non seulement une capacité accrue à reconnaître la peur, mais aussi que leur système de libération d’ocytocine dans le cerveau est très sensible et déclenche l’envie de venir en aide aux gens qui ont peur.

Abigail Marsh a confirmé que les altruistes extrêmes sont des gens qui élargissent considérablement le cercle des personnes qu’ils prennent en considération. Beaucoup de gens seraient prêts à donner un rein pour sauver leur mère ou un proche parent. Quand on leur pose la question de savoir pourquoi ils le feraient, leur réponse est en général : "Parce que c’est ma mère". L’un des donneurs de rein pousse plus loin la question: "Bon, vous le feriez pour votre mère. Et qu’en est-il pour votre sœur ou votre frère ?". Puis il élargit encore le cercle en nous demandant: "Et si quelqu’un va mourir dans une semaine et que vous êtes la seule personne qui peut le sauver ?". Pour cet altruiste, le fait que "quelqu’un va mourir" suffit à expliquer le fait de donner son rein à une personne, comme "parce que c’est ma mère" est ce qui le justifie pour le reste de la population.

Un autre point réconfortant qu’Abigail Marsh a décelé chez les altruistes est une constante humilité qui se manifeste par une ferme résistance à toute tentative de les distinguer par des louanges ou en les qualifiant de "héros". Une semblable humilité a été retrouvée par Samuel et Pearl Oliner ainsi que Kristen Monroe lorsqu’ils ont interrogé des personnes qui avaient risqué leur vie pour sauver des Juifs de la déportation par les nazis au cours de la Seconde Guerre mondiale. Le désir pressant de sauver les autres était comme "une seconde nature" et n’avait pas de rapport avec un esprit de sacrifice, ils étaient simplement en parfaite conformité avec eux-mêmes.

Allons un peu plus loin : nous savons grâce aux travaux sur la neuroplasticité que toute forme d’entraînement conduit à reconfigurer fonctionnellement et structurellement le cerveau. Au cours de ces vingt dernières années, des chercheurs comme Richard Davidson et ses collègues de l’université de Madison dans le Wisconsin ont montré que l’on pouvait entraîner son esprit par diverses techniques de méditation à augmenter sa capacité d’altruisme et de compassion. La recherche d’Abigail Marsh suggère donc l’on pourrait augmenter la propension au comportement altruiste en entraînant spécifiquement la reconnaissance de la peur et de la souffrance chez les autres.

L’un des principaux défis de notre époque est d’arriver à réconcilier les exigences de l’économie, la quête du bonheur et le respect de l’environnement. Ces impératifs correspondent à trois échelles de temps — le court, le moyen et le long terme. Avoir plus de considération pour les autres est le seul concept, le fil d’Ariane, qui nous permet de trouver notre voie dans ce dédale de préoccupations complexes et de travailler ensemble à construire un monde meilleur. L’altruisme ne devrait donc pas être relégué au rayon des nobles pensées utopiques. Nous devons être assez perspicaces pour le reconnaître et oser dire que l’altruisme n’est pas un luxe, mais une nécessité.

Altruistes et psychopathes, leur cerveau est-il différent du nôtre ? se lit comme un thriller : captivant et facile à lire, il éclaire au fil des pages deux des trait les plus fondamentaux de l’être humain : son égoïsme et son altruisme dans leurs formes les plus extrêmes.