Matthieu Ricard

Moine bouddhiste, Humanitaire, Auteur et Photographe
blog

108 Sourires - 1

Par Matthieu Ricard le 5 octobre 2011

108 Sourires - 1
Il est des sourires de toutes sortes : certains expriment la joie, le contentement, la bonté ou la paix intérieure. Tandis que d'autres marquent le cynisme, le mépris ou la satisfaction malsaine d'avoir commis un acte nuisible.

Le sourire est associé à des émotions variées. Ainsi dispose-t-on de toute une gamme très nuancée qui inclut : l'amusement (du léger sourire au rire aux larmes), le contentement (satisfaction plus calme), l'excitation (devant une nouveauté ou un défi), le soulagement (après la dissipation d'émotions telles que la peur, l'inquiétude et la surprise), l'émerveillement (devant ce qui frappe d'étonnement et d'admiration, ou dépasse notre entendement), l'extase (qui nous transporte hors de nous-mêmes), l'exultation (d'avoir réussi une tâche difficile, accompli un exploit), la fierté radieuse (lorsque nos enfants reçoivent une distinction exceptionnelle), l'élévation (lorsqu'on est le témoin d'actes de grande bonté, de générosité et de compassion), la gratitude (l'appréciation d'un acte altruiste dont on est le bénéficiaire) et la jubilation malveillante (lorsqu'on se délecte de la souffrance d'autrui, en se vengeant par exemple). A ces exemples, on peut encore ajouter l'allégresse, le délice, l'enchantement, etc.

Cette énumération, fondée sur les travaux de Paul Ekman, l'un des plus éminents spécialistes des émotions, répertorie des émotions qui, possédant une composante de joie, amènent, pour la plupart, un sourire sur le visage et se révèlent par une expression et un ton de voix particuliers.

Néanmoins, pour que la joie dure et mûrisse en plénitude, pour qu'elle soit, comme l'écrivait Corneille, un « épanouissement du cœur » , elle doit être associée à d'autres composantes du bonheur véritable : la sagesse, la bienveillance et l'émancipation du joug des émotions négatives. Que la malveillance ou la jalousie fassent irruption et la joie s'éteint soudainement. Que s'insinuent l'attachement, l'égoïsme ou l'orgueil, et elle étouffe lentement.
Extrait de ‟108 Sourires”, paru aux Editions La Martinière
image