blog

Un enfer pour tous

Par Matthieu Ricard le 16 mai 2017

Yak

Si nous faisons vivre aux animaux un véritable enfer pour pouvoir manger de la viande, tout va bien, pas de problème. S’abstenir de le faire reviendrait à « nier notre humanité ». Par contre, si nous rajoutons intentionnellement une petite dose de souffrance qui n’est pas utile pour augmenter le rendement en tuant le plus d’animaux possible le plus vite possible, cela deviendrait de la torture ? C’est ce qu’affirment certains. Tout cela revient à statuer qu’infliger d’incommensurables souffrances aux animaux est moral dans la mesure où cela permet de satisfaire nos papilles gustatives. Seule serait immorale la petite dose de sadisme qui nous fait rajouter quelques gouttes à l’océan des souffrances animales. La logique impressionne !

Qui plus est, accuser les travailleurs des abattoirs de sadisme lorsqu’ils se livrent à des actes cruels sur les animaux est un manque de considération pour ceux qui vivent sous la pression infernale exercée par la direction pour qu’ils maintiennent, au prix de leur santé physique et mentale, un rythme de travail à peine soutenable — tuer jusqu’à 600 porcs par jour par personne, tout en pataugeant dans le sang.

Le système cherche à faire le plus d’argent possible sur la souffrance et la mort des animaux, tandis que les consommateurs tranquillement installés dans leur fauteuil font comme si ce qu’ils mangent était autre chose que la chair d’êtres sensibles qui ne demandaient qu’à vivre. La valeur d’un être vivant n’est-elle pas infiniment plus grande que celle d’un steak ?

Et la viande heureuse ? Imaginons que les animaux aient passé leur vie dans des prés fleuris, soient transportés en douceur vers des abattoirs accueillants et, sans la moindre frayeur, soient délicatement conduits le long de chaîne d’abattage par des ouvriers en pleine santé physique et mentale, bien payés et travaillant à un rythme confortable. Les animaux seraient tués instantanément et ne seraient dépecés qu’une fois bel et bien morts (aujourd'hui, 15% des animaux meurent conscients, morceau par morceau). Tout cela serait parfaitement moral ?

N’a-t-on pas oublié un point essentiel ? Le fait que nous tuons des êtres sensibles, sans véritable nécessité, sans provocation de leur part, sans qu’ils vous aient fait le moindre mal, en décidant unilatéralement où, quand et comment ils doivent mourir. Moral ? Expliquez-nous.

— Pour des développements argumentés sur ce sujet, voir les récents ouvrages de Thomas Lepeltier, L’imposture intellectuelle des carnivores, Max Milo Éditions, Steak Machine de Geoffrey Le Guilcher, Éditions Goutte d’Or, ainsi que Une raison de lutter de David Chauvet, Éditions L’Age d’Homme, ouvrages sur lesquels nous reviendrons.