blog

Dix-huit types de sourires

Par Matthieu Ricard le 28 novembre 2011

image
Selon Paul Ekman, « les sourires sont beaucoup plus compliqués que les gens ne le réalisent. Il y a des dizaines de sourires, chacun diffère par son apparence et le message qu'il exprime. Beaucoup d'émotions positives sont signalées par le sourire — joie, plaisir physique ou sensoriel, contentement et amusement, pour n'en citer que quelques unes. Les gens sourient aussi quand ils sont tristes. Ces sourires sont différents des sourires simulés utilisés pour convaincre quelqu'un qu'un sentiment favorable est ressenti alors qu'il ne l'est pas, et qui masquent souvent l'expression d'une émotion négative. Nous avons montré que les gens étaient facilement leurrés par ces sourires factices. » Paul Ekman a distingué dix-huit sortes de sourires sincères et a décrit avec précision les expressions faciales et muscles impliqués dans chacun de ces sourires.

Le sourire simulé
Quand au sourire simulé, son but est de convaincre quelqu'un que celui qui sourit ressent des émotions positives alors qu'il ne les ressent pas. Soit que le simulateur ne ressente rien, soit qu'il ressente des émotions négatives qu'il tente de masquer en servant d'un sourire factice. C'est le seul sourire qui ment.
Selon Paul Ekman, de nombreux signes permettent de distinguer le faux sourire du sourire ressenti qu'il essaie de simuler. Les faux sourires sont plus asymétriques que les sourires ressentis. Ils ne sont pas accompagnés de mouvement des muscles orbiculaires des yeux et de mouvement des sourcils, ce dernier étant un signe subtil qui permet de distinguer le sourire ressenti du faux sourire quand il s'agit d'un large sourire.
Le sourire artificiel marque un décalage, un hiatus entre un sentiment réellement vécu et une contrainte extérieure, sociale ou relationnelle. Ainsi peut-on être amené à sourire alors qu'en son for intérieur, on éprouve des sentiments contradictoires d'ennui, de gêne, d'envie ou de tristesse. C'est un sourire qui masque le ressenti intérieur, réel, de la personne et qui de ce fait introduit une distance plus qu'un rapprochement. La communication est biaisée, faussée du fait de l'insincérité de l'expression faciale que dément le contenu émotionnel intérieur. Le sourire de politesse est une expression de convenance requise dans une circonstance particulière, alors que la personne ne ressent pas du fond d'elle-même le besoin d'exprimer un sentiment positif, mais nourrit plutôt des pensées vagues ou désagréables comme l'agressivité.
Le sourire simulé peut également procéder d'une intention malveillante : en souriant on cherche délibérément à tromper autrui pour gagner sa confiance alors qu'on ne pense qu'à lui faire du tord, l'escroquer, le piéger, l'attirer dans un quelconque guet-apens et le tromper de toute autre manière. Le poète tibétain Shabkar disait :
« Qui a la compassion reste bienveillant, même en colère ;
Qui ne l'a pas peut tuer, le sourire aux lèvres. »

Extrait du récent album de photographies 108 Sourires