Articles sur le Bouddhisme

Les bienfaits de la réflexion sur l'impermanence

Publié le 27 novembre 2012

La vie est aussi éphémère qu'une goutte de rosée à la pointe d'un brin d'herbe. On ne peut arrêter la mort, de même qu'on ne peut empêcher les ombres de s'étirer au soleil couchant. Vous pouvez être extrêmement beau, vous ne séduirez pas la mort. Vous pouvez être très puissant, vous ne l'influencerez pas davantage. Même les richesses les plus fabuleuses ne vous achèteront pas quelques minutes de vie supplémentaires. La mort est aussi certaine pour vous que pour celui qui a le cœur transpercé d'un poignard.

Un jour, un rude Tibétain du Khampa vint offrir une pièce de tissu à Droubthop Tcheuyoung, l'un des plus éminents disciples de Gampopa, pour lui demander des enseignements. À plusieurs reprises Droubthop Tcheuyoung renvoya le Khampa en dépit de ses multiples supplications. Comme celui-ci insistait, le maître prit finalement les mains de l'homme dans les siennes et lui répéta trois fois:
— Je mourrai; tu mourras.
Puis il ajouta:
— Voilà tout ce que mon maître m'a enseigné. C'est tout ce que je pratique. Médite simplement là-dessus. Je te promets qu'il n'y a rien de plus grand.

L'idée de la mort tourne l'esprit vers le Dharma, elle nourrit l'assiduité, et elle permet, pour finir, de reconnaître la radieuse clarté de la dimension absolue. La mort devrait toujours être l'un des sujets essentiels de vos méditations.

Lorsque la véritable compréhension de l'impermanence aura commencé à poindre dans votre esprit, vous ne vous laisserez plus emporter par la discrimination entre ami et ennemi, vous serez à même de déchirer l'épais enchevêtrement des activités distrayantes et futiles, vous serez capable de puissants efforts, tout ce que vous ferez prendra la direction du Dharma, et vos qualités s'épanouiront comme jamais auparavant.
Khyentsé Rinpotché